Fermer le menu
    Emmanuelle Bertrand Camille Daloz 1.jpg
    ©X.DR

    Emmanuelle Bertrand, comédienne et Camille Daloz, metteur en scène de la compagnie Le Cri Dévot qui devait jouer les 24 et 25 novembre derniers au domaine d'O Les Instantanés Une Femme & La Place d'après Annie Ernaux et qui a dû être annulé pour cause de crise sanitaire, ont tenu un atelier mercredi 2 décembre auprès de 17 élèves de la classe de terminale option théâtre de Jessica Ramassamy.

    Après présentation et lecture des artistes, l'atelier, dense et studieux, se déroule en trois temps :
    un travail sur l'écriture à la manière d'Annie Ernaux - écriture blanche, plate, auto-socio-biographique - avec lecture partagée à haute voix
    un travail sur les générations, avec pour consignes : pour chacun, le monde de mes grands-parents c'est, le monde de mes parents c'est, le monde des ados c'est...
    enfin, décrire sous forme de listes les images du quotidien de sa relation avec ses proches, des images symboliques de chaque génération toujours à la manière de l'auteure.

    Retour en mots et en images !

    Témoignages des élèves à l'issue de l'atelier :
    "J’ai beaucoup aimé, j’ai reçu beaucoup d’émotions, les larmes aux yeux me sont venues à l’écoute des textes, dans ma tête je voyais toutes les images, je me rappelle bien d’une image, de l’histoire de la glace qui tombe… Les intervenants sont très très gentils, agréables à écouter, beaucoup d’émotions à la lecture des textes, on a fait des sauts d’émotions, très étrange, saisir l’élan, remise en question de l’époque à laquelle on vit, avant beaucoup plus libre que nous, avec le Corona, notre adolescence est un peu frustrée, tout est stoppé, à l’époque de nos parents c’était moins strict, là on a le plan vigipirate, les filles ne se sentent pas en sécurité en ville, les parents sont super stricts de nos jours, je réalise la vie de mes parents dans les années 80, la perpétualité de la connerie humaine, par rapport à l’évolution de la société, on sombre un peu plus chaque jour, moi j’ai pas l’impression d’être limité".

    Emmanuelle Bertrand Camille Daloz 1.jpg
    ©X.DR