Fermer le menu
    guerilleres-ordinaires_2_2200.jpeg
    ©Marc Ginot

    pikto coprod theatre 19 20.jpgUn mois de novembre sous le signe de la création théâtrale et des coproductions domaine d'O avec :

     

    Guérillères ordinaires de la Cie Les Grisettes - Du 6 au 8 novembre à 20h - Théâtre Jean-Claude Carrière

    Le domaine d'O a le plaisir de suivre le travail de cette compagnie, qui y fut même artiste associé, depuis des années. Après Le Groenland, monologue subtil et sensible présenté en 2019, ce nouveau spectacle explore trois voix de femmes, trois destins emportés dans un seul mouvement poétique... un texte qui dit la résistance et qui montre que les victimes peuvent devenir des guérillères. Qu'elles s'appellent Lilith, Léda ou qu'elles n'aient pas de nom.

    En savoir plus et réserver

    Ecouter l'interview de l'autrice de ce triptyque Magali Mougel

     

     

    Sarrazine de la Cie La Maison - 14 et 15 novembre à 20h - Théâtre Jean-Claude Carrière

    Albertine Sarrazin est née en 1937 à Alger, et meurt 29 ans plus tard, à Montpellier. Elle aura connu l’adoption, l’errance, la prostitution, la délinquance, la prison, la cavale, le grand amour, et, à l’âge de 27 ans, la gloire littéraire. Albertine Sarrazin est de ces destins que l’on dit écorchés, à la vie trop large pour l’existence. Elle laisse trois romans autobiographiques : L’Astragale, La Cavale, La Traversière, et une légende. C’est à l’intérieur de celle-ci que Nelly Pulicani se glisse. Seule au plateau, accompagnée du texte sur mesure de Julie Rossello Rochet et de la mise en scène de Lucie Rébéré, elle est Albertine. Nelly Pulicani donne à la légende de ce météore des lettres françaises – trop méconnue – l’intensité de la comédienne qui a rencontré personnage assez solide pour déployer son talent. Et elle ne s’en prive pas. Loin de l’hommage ou du simple biopic, c’est une incarnation que livre Nelly Pulicani. Un rôle qui fera date.

    " Seule en scène, Nelly Pulicani livre une performance véritablement physique. Lieu clos de chaque instant de sa vie, le plateau devient tour à tour cellule carcérale, chambre de bonne, maison de son amant, chambre d’hôpital. Traversé d’un flux d’images, de mots, de gestes et de souvenirs, il fait revivre devant les yeux des spectateurs-lecteurs la fulgurante comète que fut Albertine Sarrazin". Mouvement, avril 2019
    En savoir plus et réserver

    cdv_logo.jpg

     

    Le théâtre au domaine d'O poursuit sa découverte des artistes émergents et de la jeune création contemporaine en l'occurrence très féminine.

     

    guerilleres-ordinaire.jpg
    © Marc Ginot